Jeux et alimentation des perroquets
pour le bien être des psittacidés.
Français
Influence de l'Élevage
Vign_kiwi_2

Influence de l'élevage sur le comportement

Dans le milieu naturel des perroquets

Il est difficile de suivre toutes les évolutions des psittacidés dans leur milieu naturel. Cependant, de nombreuses informations, quant à leurs modes de vie, sont relevées par des éthologistes, des naturalistes, des membres d’organismes de protection et/ou de réintroduction d’espèces en danger d’extinction, qui travaillent sur le terrain. Ces observations concernent plus particulièrement les gris d’Afrique, les amazones, les aras.
 
Le poussin, qui éclôt dans des cavités profondes et obscures de troncs d’arbres, bénéficie d’un élevage parental qui lui assure protection permanente, chaleur, couverture corporelle sécurisante, gavage adapté. Une étape très importante est celle de la sortie du nid et du premier envol. L’éducation parentale, essentielle, se poursuit parfois très longtemps.
Cet apprentissage attentionné relève de tout ce qui va concerner l’existence à venir du jeune oiseau : recherche de la nourriture, comportement de défense vis-à-vis des prédateurs, éveil à la vie en groupe et aux rapports hiérarchiques, reconnaissance intra-spécifique et mémorisation des individus, acquisition des vocalisations nécessaires à l’instauration des liens sociaux dans le groupe, ainsi que des attitudes corporelles adaptées à des situations variées (toilettage individuel et mutuel, pariades, défense du territoire…).
Le jeune perroquet, qui vient d’acquérir toutes ces données vitales, accède au stade de l’indépendance et peut alors s’accoupler (souvent monogame et apparié à vie) et gérer son espace vital.
Très sociable, le perroquet vit au sein d’un groupe parfaitement organisé, ce qui favorise de nombreuses interactions sociales et assure une protection vis-à-vis des prédateurs. Dans leur milieu naturel, les perroquets arrivent à cohabiter et à établir des liens avec d’autres espèces aviaires, en imitant leurs vocalisations !
Au sein de leur structure communautaire, ils établissent des relations avec leurs congénères, par le biais de vocalisations de reconnaissance, particulièrement complexes. Les attitudes agressives sont rares entre eux. Pour l’essentiel, elles se limitent à des attitudes d’intimidation, ou à quelques « prises de bec» sans gravité, habituellement en rapport avec la défense du territoire, de la zone de nidification.
En cas de besoin, ils disposent de tout l’espace nécessaire, pour s’enfuir.

Les perroquets en captivité

La situation est, dans ce cas, tout autre et peut, selon le mode d’élevage choisi, se présenter sous différents aspects.

Oiseaux capturés dans la nature

Il est évidemment souhaitable que cesse ce type de prélèvement, générateur de massacres et de mise en péril des populations aviaires concernées. En captivité, les oiseaux nés dans la nature sont, le plus souvent, totalement déstabilisés et expriment leur mal-être par différents troubles du comportement.
Seuls, un certain nombre d’entre eux parviennent à s’adapter à cette nouvelle situation.

Oiseaux nés en captivité

Dans le meilleur des cas, les jeunes psittacidés éclosent dans des nids artificiels et sont nourris et élevés par leurs parents.
Certes, leur cadre de vie est très éloigné de celui dont ils jouissent dans la nature, mais, l’essentiel, c'est-à-dire l’éducation parentale, est encore assurée.

Oiseaux élevés par l’homme

En réponse à une demande croissante d’oiseaux apprivoisés, de nombreux jeunes sont élevés par l’homme, parfois même selon des modalités quasi industrielles !
Dès la ponte, les oeufs fécondés sont placés en incubateurs, puis les poussins en couveuses, pour être pris directement en charge par l’homme. On comprend bien que ce mode d’élevage puisse être à l’origine de multiples agressions : exposition à des lumières vives, aux bruits, aux manipulations répétées (nourrissage, nettoyage) / peur de «l’homme-prédateur» / privation d’interactions sociales et des règles éducatives essentielles, normalement reçues des parents/absence de stimulus, ennui.
Le jeune perroquet a alors bien des difficultés à trouver son équilibre comportemental. Qui plus est, il est trop souvent confié à son nouveau maître, alors même qu’il n’est pas encore sevré et n’a pas acquis son indépendance alimentaire.

Le mode d’élevage, et en particulier ses conditions en captivité, peut donc être source de troubles du comportement. Expressions de l’inadaptation de l’oiseau, ces troubles vont persister tout au long de sa vie.

 

Documentation complémentaire
Nouveaux animaux de compagnie (NAC) - Elément réglementaires et législatifs relatifs à leur détention (Caroline Poitrenaud)
Le comportement des psittacidés et ses troubles - Thèse de doctorat Isabelle Chritianne QUEMIN
rosalbin.pdf (3,48 Mo)
Le cacatoès rosalbin, Eolophus roseicapillus, en captivité.. Thèse de doctorat Mélanie CHAMPION
Les pathologies nutritionnelles des psittacidés granivores - thèse de doctorat - Anne-Lise BONNOT
jouets, accessoires, nourriture pour perroquets.
Créer un site avec WebSelf