Jeux et alimentation des perroquets
pour le bien être des psittacidés.
Français
Comportement des psittacidés
Vign_ugo2

Prévention des troubles chez les perroquets

La meilleure des cages est certes la liberté ! Mais ces perroquets sont maintenus en captivité et il serait bien difficile de les réintroduire, avec succès, dans leur milieu naturel.
L’élevage parental, en volière, est souhaitable. Les jeunes sont ainsi nourris et éduqués, dans les meilleures conditions, par leurs parents, sous réserve que ces derniers disposent des éléments nécessaires, en terme d’environnement et d’accès à une alimentation équilibrée. Une fois la sortie du nid effectuée, ces oiseaux sont destinés soit à continuer à vivre en volière, soit à cohabiter avec l’homme.
Dans ce dernier cas, le propriétaire devra, avec patience et douceur, gagner la confiance du jeune perroquet.

En ce qui concerne l’élevage par l’homme, il faut encourager sa réalisation, à petite échelle, par des professionnels et ne commercialiser ces perroquets, qu’une fois parfaitement sevrés et remis à leurs acquéreurs, avec les recommandations adéquates.
Dans tous les cas, la personne qui vient d’acquérir un perroquet, doit se persuader qu’il s’agit d’un animal au comportement très élaboré, façonné par des composantes innées et acquises, adaptées à la vie dans la nature, animal avec lequel elle est appelée à vivre plusieurs dizaines d’années.
Il faut essayer de raisonner par empathie, en cherchant à appréhender la logique de son comportement, faire preuve de suffisamment d’autorité, mais sans excès, éviter l’écueil de l’anthropomorphisme. En raison de sa capacité de destruction, le perroquet ne doit jamais être laissé seul, en liberté, dans la maison, sans une surveillance rapprochée.
Il doit enfin pouvoir bénéficier d’un réel sommeil réparateur.
Sur un plan matériel, il doit disposer d’une cage parfaitement entretenue, placée dans un endroit calme

Conclusion

Les perroquets peuvent être les plus charmants des compagnons mais cette idylle peut se révéler de courte durée, si l’homme ne fait pas l’effort de comprendre les problèmes spécifiques que la captivité pose à ces oiseaux, au comportement particulièrement élaboré, dont le destin naturel consiste à vivre et à voler, en toute liberté, en compagnie de leurs semblables.
Compte tenu de la fragilité comportementale de ces oiseaux en captivité et de leur longévité habituelle, leurs propriétaires doivent avoir conscience que, moyennant une attention soutenue et un comportement adapté, ils s’engagent, dans la durée, à assurer les meilleures conditions de vie à ceux-ci.

Sources de ce document sur une introduction au comportement normal et pathologique des psittacidés

Par Jean-Pierre ANDRE - Docteur-vétérinaire 33260- LA TESTE DE BUCH.
(communication présentée le 22 février 2007)

Résumé

Cet article décrit les grands axes du comportement normal et du comportement pathologique chez les psittacidés. Rédigé par un clinicien, il est destiné aux vétérinaires encore peu familiarisés avec ce type de patients, présentés pourtant de plus en plus fréquemment en consultation. Il est désormais évident que la captivité est une source fréquente de troubles comportementaux, souvent très difficiles à traiter. Il s’agit de réactions anormales de peur et/ou d’agressivité, d’émissions excessives de vocalisations, de stéréotypies, de picage, de surtoilettage, ou encore de comportements sexuels déviants.
Une formation adaptée des propriétaires de perroquets permettrait de réduire ce type de troubles. Ces derniers devraient apprendre à respecter les aptitudes et le comportement naturel de leurs oiseaux, en se gardant, en particulier, de toute interprétation anthropomorphique.

jouets, accessoires, nourriture pour perroquets.
Créer un site avec WebSelf